Une maison noire fait polémique en pays basque

crédit photo www.lepost.fr

A Agen, sur les coteaux du quartier de l’Ermitage, la couleur d’une maison crée depuis quelques jours un grand battage médiatique. Les deux artistes qui l’habitent ont décidé de la repeindre en noir alors qu’elle était jusqu’ici blanche et rouge selon la tradition basque. Cette couleur a été murement réfléchie en hommage à l’artiste Pierre Soulages que Jean-Jacques Bauweraerts, belge et propriétaire de cette maison apprécie. Il s’est d’ailleurs spécialisé lui aussi dans les toiles monochromes : « J’avais une toile blanche, la façade de ma maison. Je l’ai peinte pour en faire une œuvre d’art minimaliste et contemporaine en hommage à des artistes comme Malevitch, Soulages »


La municipalité a pris un arrêté interruptif de travaux au fait que les occupants réalisaient des travaux changeant l’aspect extérieur du bâtiment. Et qu’en vertu du code de l’urbanisme, ce type de travaux devait faire l’objet d’une déclaration de spécifique en mairie. Ce qui n’a pas été le cas !
Le vrai problème, c’est la couleur noire ! « un cube noir…morbide…mais pas pire que certains crépis saumon ou orange gueulard que l’on voit partout » sont quelques unes des réflexions qu’on peut entendre ou lire. La maison est-elle plus voyante qu’avant ? Probablement pas !
Au fait, a-t-on le droit de peindre sa maison de la couleur de ses envies, que l’on soit artiste ou non ? ». Comme on s’en doute, il y a, dans toutes les régions de France, des règles d’urbanisme assez strictes et on ne peut pas faire ce qu’on veut. Si on réalise des travaux qui changent l’aspect extérieur du bâtiment, l’article R421-13 du code de l’urbanisme prévoit une déclaration préalable déposée en mairie. Cette déclaration est examinée par les services du patrimoine qui seront d’autant plus vigilants en cas de zone protégée.
L’architecte des Bâtiments de France, Camille Zvenigorodsky condamne cette initiative sans appel ! Voici sa position : « On ne peut pas déformer l’ensemble paysager que constitue le coteau. Le style « néonormand », « côte landaise » de cette maison fait partie du patrimoine agenais, même si c’est un style importé. En peignant la façade en noir, on gomme l’architecture. Cette note noire dans un ensemble harmonieux provoque une véritable cacophonie. Je n’autoriserai donc pas, sur cette maison-ci, à cet endroit-là et dans ces proportions, du noir en façades à l’Ermitage. »
Une réunion de « conciliation » a été proposée aux artistes par le député-maire d’Agen. Elle n’a pas abouti et le propriétaire entend poursuivre en justice pour défendre son œuvre. Aujourd’hui, les travaux sont arrêtés et la justice tranchera. A suivre.

Comments are closed.