Des blouses bleues contre la violence à l’hôpital

Externe en blouse Bleue au CHU de Limoges

A chaque fonction, sa couleur de blouse : blanche pour les médecins et bleues pour les externes. Cela se passe dans le service des urgences du CHU de Limoges pour diminuer la violence de certains patients. Ceux-ci ne comprennent pas toujours qu’ils ne soient pas pris en charge alors qu’ils attendent depuis longtemps, souffrent physiquement et sont sans doute angoissés. Ils aperçoivent l’un des douze externes qui ne font pas un geste pour les ausculter. Et parfois, la famille s’en mêle.

Depuis le mois de septembre, chaque couleur indique la fonction et seule la blouse blanche a le droit de décider » dit Maïté Belacel du service communication de l’hôpital. Les externes sont en stage et n’ont pas le droit d’examiner les patients, ni de prendre de décisions. « Ils sont là pour apprendre, ils posent quelques questions pour réduire les pistes, mais c’est ensuite au médecin titulaire de poser le diagnostic et de rendre les décisions », explique Stéphane Cibert.

Un dress-code qui permet de prévenir plutôt que de guérir et qui vient compléter les cours de self-defense proposés au personnel depuis 1995.

D’après le Figaro, Joris, étudiant en cinquième année et jeune externe désormais paré de bleu, estime pourtant que les effets sont d’ores et déjà visibles: ‘Ccela crée beaucoup de complicité avec le patient qui, du coup, est très compréhensif et amusé quand il voit une blouse bleue ». Selon lui, la discussion avec les patients « s’engage plus facilement ».

La couleur classe (les blouses blanches, les blouses bleues mais aussi les couleurs de peaux, le sexe et plein d’autres choses). Quant au choix du bleu, la couleur qui ne fait pas de bruit, selon Michel Pastoureau, son coté pacifiste, relaxant en font un choix judicieux.

Design et Couleur : conférence le jeudi 2 oct au Lieu du Design

 

lieu_design-360x222

Inscrivez-vous vite, il est encore temps !

Elizabeth Condemine présentera l’interaction entre le design et la couleur au travers de nombreux cas. Voici le programme :

– Mieux utiliser la couleur et ses harmonies dans vos créations

– décodage du symbolisme de la couleur

– la couleur dans l’industrie, cas d’école

– comment écrire une stratégie couleur ?

– travailler le vocabulaire de la couleur et argumenter ses choix en interne

Cela se passe au Lieu du Design, 74 Rue du Faubourg Saint-Antoine, 75012 Paris, lundi 6 octobre de 9h à 13h.

Un document synthétique vous sera envoyé par mail à l’issue de la présentation, et aucun prérequis n’est nécessaire.

Il s’agit d’une formation payante, sous réserve de places disponibles:
– Tarif normal 96,00€ TTC
– Tarif abonné 48,00€ TTC
– Tarif étudiant 25€ TTC (sous réserve de présentation d’un justificatif)

Inscriptions sous ce lien

Docteur Philippe Lanthony

Il était ophtalmologiste et s’était spécialisé dans la vision des couleurs pour laquelle il avait acquis une notoriété mondiale. A partir de ses travaux sur la physiologie de la perception colorée, il avait produit des contributions originales et remarquées sur la vision des artistes peintres, et notamment des daltoniens. Vous avez pu l’entendre sur France Inter à l’occasion de l’exposition Monet dans l’émission « La Tête au Carré » en 2010.

Il vient de nous quitter à l’âge de 84 ans … Auteur de nombreux ouvrages de référence traitant de la lumière, de la vision, de la peinture comme Des yeux pour peindre paru en septembre 2006 aux éditions RMN ou, avec Robert Sève et Michel Indergand du Dictionnaire des termes de la couleur.

Philippe Lanthony, Des Yeux Pour Peindre Lumière, Vision et Peinture

Robert Sève, Michel Indergand, Philippe Lanthony

 

 

 

La France boit la vie en rose

C’est le titre de l’article qui vient de paraitre sur le site touslesbudgets.com, patronné par Cetelem et pour lequel Couleur & Marketing a été interrogé.

Rosé, à base de fruits rouges

Rosé, à base de fruits rouges

Effectivement, cette couleur féminine participe à l’invitation des jeunes et des femmes sur certaines boissons moins fortes en alcool, comme la bière, le vin ou le pastis. Dernier arrivé sur le marché de la bière, K by Kronenbourg, une bière aromatisée au sirop, version rose (fruits rouges) ou jaune (citron), la version rosée de 1664 de Kronenbourg est déjà en place depuis l’année dernière.

On connaissait le champagne rosé, 20% des ventes, sous différentes marques dont Ruinart et Veuve Clicquot et le pastis rose, 51 en version rosée qui réalise de bonnes ventes malgré un prix sensiblement supérieur à la version classique.

Boire de manière plus festive, sans trop d’alcool, pour séduire une nouvelle clientèle, tel est l’objectif de ces nouveaux produits : selon Pernod-Ricard, 40% des acheteurs de 51 Rosé ne buvaient même pas d’anisés auparavant. La teneur en alcool est ainsi passée de 45° à 35°sur 51 Rosé. Une initiative prometteuse car selon l’association des Brasseurs de France, « moins de 20% de femmes » consomment de la bière dans le pays.

Dans son livre consacré au rose*, le photographe et journaliste Philippe Durand Gerzaguet rappelle que, longtemps, le rose n’a pas eu de sexe. Ce n’est, selon lui, qu’à partir des années 1950 que le rose s’est invité dans la mode et la grande consommation en tant que « couleur féminine par excellence ». Soixante-dix ans plus tard, la tendance est restée, pour un pari qui peut s’avérer payant « si la marque a quelque chose à dire », précise Elizabeth Condemine.

*** Rose, éditions Eyrolles, 71 pages, 7,90 eur

L’ANALYSE DE COULEUR & MARKETING :  le rose dans les boissons ne choque pas, puisque l’on a toujours mis de l’eau dans son vin et que le vin rosé lui-même est devenu très courant. »C’est le créneau qui tire le marché du vin et qui a supplanté le blanc à l’apéritif » confirme ? dans l’article de touslesbudgets.com. De plus, cette couleur est prétexte à de jolies opérations séduction lors des fêtes et notamment de la Saint Valentin (voir posts Veuve Clicquot).

Les cassages de code ne marchent pas à tous les coups : on se souvient d’Essensis de Danone (voir posts), un yaourt censé nourrir la peau de l’intérieur, packaging rose assez soutenu, proche du fuchsia. Est-ce la promesse produit, un alicament, le packaging, le produit lui-même qui n’a pas séduit ? Il est vrai que le marché avait déjà accepté deux ruptures de codes (LC1 en bleu métal suivi par Bio, maintenant Activia de Danone, en vert. Le deuxième, Bio avec le succès que l’on connait.

La verdale, l’un des trésors du Lubéron

Vert Olive

Vert Olive

Cultivée par André Horard sur la commune de Gordes, la verbale du Vaucluse est une variété d’olive typique du terroir provençal, puissante en goût et résistance au froid qui peut subvenir dans ces contrées. Encore appelée Aglandau, cette variété prédomine dans le Vaucluse : Verdale de Vaucluse, Verdale de Carpentras, Berruguette, Plant d’Aix, Blanquette ou Plant de la Fare, l’Aglandau est originaire de Provence.
L’olive Aglandau est en forme de gland à bout pointu, à pulpe abondante et ferme. Elle donne une huile fruitée et ardente qui se conserve bien.
Il faut environ 5 kilos d’olives pour obtenir 1 litre d’huile. Cette huile, de qualité vierge ou vierge extra, est un pur jus de fruit obtenu par simple pression ou centrifugation.

Il existe une « verdale » dans la plupart des régions oléicoles françaises : Hérault, Ardèche, Bouches du Rhône, Pyrénées Orientales, etc.

Pour en savoir plus, regardez le reportage que TF1 à consacré au village de Gordes cette semaine (3’35)

Balade dans le Lubéron


Formation Couleur et Stratégie


Sessions 2017 à Paris

  • 2 & 3 mars
  • 27 & 28 avril
  • 23 & 23 juin
  • 14 & 15 septembre
  • 30 novembre & 1 décembre

à Roussillon chez ôkhra

  • 6 & 7 juillet

Voir le programme (pdf)